mercredi 24 mars 2010

Des escarpins, un RÉER ou la dette...

On aime rêver. Cela nous garde en vie. Nous permet d’espérer. De prévoir le futur. De régler les petits soucis. De se gâter.

Et le futur goûte si bon lorsqu’on attend une « rentrée » d’argent. Bien souvent, le temps des impôts exauce ce voeu. Je mentionne les impôts, mais le fric (j’ai toujours rêvé d’écrire ce mot) pourrait provenir de plusieurs origines (gains de placements, héritage, Bill Gates… mais restons dans le vrai).

Avant de dépenser tout ce fric...

Disais-je donc que lorsqu’on attend une somme d’argent, notre raison fuit. Ai-je bien écrit cela? Pas de doute. En fait, c’est de ma raison dont il est question. Mais j’ai un doute que je ne suis pas la seule…

La mienne, ma raison, a tendance à fuir dès lors que je vois quelques zéros dans mon compte bancaire, ou encore qu’une marge se dégage de ma carte de crédit.

Mais si, pour une fois, juste une fois, je m’assois et que je réfléchis vraiment, mais vraiment fort et que je répondais à cette question.

Que ferais-je avec cet argent?

Je fais exactement ce que je sais si bien faire! Je me transforme en diva de la surconsommation, en Martha Stewart des derniers gadgets. Je range Benny dans un coin en espérant qu’il regarde ailleurs lorsque je rentrerai avec mes dix milles sacs. Oh! Mais il peut bien regarder si ça lui dit. Je sais, moi, qu’il meure d’envie de porter le dernier Gucci, ce parfum que j’ai minutieusement choisi pour lui. En tout cas, je saurai le convaincre qu’il en a ardemment besoin.

Mais encore. Ne devrais-je pas garder un peu d’argent pour aller au restaurant? C’est qu’après tout ce vagabondage dans les boutiques, j’aurai un creux et certainement aucune énergie pour faire le souper! Come on gang, on file au resto!

D’un autre côté, je pourrais être un peu plus prévoyante. J’ai vu l’ensemble laveuse/sécheuse frontales à 1499$. J’ai senti que mes vieux électroménagers allaient rendre l’âme sous peu. En fait, je prédis même qu’ils mourront d’ici quelques jours. Ah bien entendu, j’ai toujours mon fonds d’urgence qui se garnit d’un 50$ aux deux semaines « au cas où » que l’un de mes appareils me fait faux bond.

Mais si j’achète ce merveilleux ensemble dont j’ai atrocement « besoin », ce serait déjà fait. Je n’aurais même plus à y penser! Je ne voudrais tellement pas que le pire jour de ma vie arrive quand même! Vous imaginez-vous ça? Si jamais ma laveuse actuelle lâche, je ne voudrais tellement pas être obligée d’acheter une autre laveuse. Blanche, neuve, laide, et surtout même pas frontale! La poisse si cela devait arriver… En tout cas, avec cet achat, on ne pourra pas dire que je ne prépare pas le futur. On dit toujours qu’il « vaut mieux prévenir, que guérir ».

Mais encore… N’ai-je pas entendu dire Gérald Fillion qu’on devait se préparer pour nos vieux jours? C’est tellement la meilleure décision. S’il le dit, c’est que ça doit être bien vrai. Je voue un culte à cet homme. Il parle bien… Mais j’ai un peu de misère à le voir se déchaîner… Enfin, si je mets le blé dans mon RÉER, comme il dit, on dira qu’il s’agit d’un actif. C'est positif un actif! Je me laisserai alors envahir par un sentiment d’appartenance intense : « je ferai partie de l’autre gang ». La gang des RÉER. Je pourrai participer aux 5 à 7 sans gêne. Moi aussi, je veux comparer mon taux d’intérêt. Bon.

Et je veux aussi me vanter auprès de Marc Tison, mais non, pas Mike. Marc Tison, le journaliste, je lui écrirai et lui signifierai que j’ai acquis mon 1er RÉER!!! Oh, c’est sûr que je ne lui dirai pas que j’ai 10 000$ de dettes en plus, voyons. Ça ne se fait pas. Vous ne trouvez pas ça cool vous, avoir des RÉER? Je sais que je m’épanouirai pleinement avec un RÉER. Mes vieux jours seraient protégés.

Bon. Comme c'est dommage d’être si terre-à-terre. Ça brise le fun. Si vous le ne saviez pas, être raisonnable, ça vient avec l’âge. Mais au lieu d’attendre cette illumination, écoutez-moi. Croyez-moi. Cette dernière option, celle de faire descendre ma dette, est une option. Juste une option. Rien que ça. Elle ne procure ni avantage fiscal, ni cotisation au RÉER, ni le dernier Gucci, même pas de points fidélité. Nada. Juste moins de dettes.

Mais ça amène quoi de sacrifier tout ce pognon pour si peu de plaisir?

Si peu de plaisir? Je n’en suis plus si sûre quand j’y pense.

Si ma dette est moins lourde, je me libère alors d’un fardeau financier mensuel qui est vraiment imposant. Quand je pense que mes paiements suffisent à peine à entamer le capital. Je paie une somme gigantesque en intérêts… J’aimerais tellement ça avoir cet argent pour moi, au lieu de le donner à mes créanciers.

Ne dit-on pas qu’ « être endetté, c’est d’être un esclave économique »? Moi, -E- je vous demande pardon, je ne suis l’esclave de personne. Bon. Ou en tout cas, de moins en moins. Si j’avais moins de dettes, ne serais-je pas plus motivée d’en arriver à bout?

Je suis capable moi aussi de faire un budget. C’est « in » un budget. Je trouve ça extrêmement sexy un budget. C’est prévenant, prévoyant, attentionné, sécurisant.

D’ici quelques semaines, je pourrais offrir le Gucci à Benny. D’ici quelques mois, j’aurais assez économisé à même mon budget, pour m’offrir des escarpins. Je saurai entretenir modérément mon besoin de nous gâter. Tout en continuant de rembourser mes dettes.

Et si ma laveuse me lâchait entre-temps? Ah vous là! Vous ne connaissez pas ça la pensée positive? C’est le secret! Et on se croise les doigts d’ici là. Ok? Voyons donc. Ma laveuse, elle est encore bonne pour quelques années.




À retenir


Si vous ne le saviez pas, la date limite pour remettre vos déclarations d’impôt provincial et fédéral est le 30 avril 2010. Passée cette date, des intérêts et pénalités seront appliqués; qu’il s’agisse d’un solde à payer ou que vous attendiez un remboursement. Hé oui.


Le taux d’intérêt applicable pour le Canada : 5% pour les soldes à payer et 3 % si le gouvernement vous en doit.


Du côté du Québec, ce qu’on en dit : « Si vous produisez votre déclaration en retard, vous vous exposez à une pénalité égale à 5 % de l'impôt impayé au 30 avril (ou, s'il y a lieu, au 15 juin) et à une pénalité additionnelle de 1 % de cet impôt impayé pour chaque mois entier de retard, jusqu'à concurrence de 12 mois. » Ouch.

Charlotte

5 commentaires:

  1. Tu peux pas faire un mélange des trois options?

    Le tier dans la dette.
    Un tier en épargne/reer.
    Un tier pour l'immédiat.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu le même dilemme avec mon retour d'impôt... Et j'ai fait le même choix. Je dois même dire que, pour la première fois, ça m'a vraiment fait plaisir de faire ça! Surtout que j'ai vu la date finale de remboursement de toutes mes dettes se devancer de 2 mois! Chaque petit geste compte! :)

    RépondreSupprimer
  3. Mais non Pierre-Luc! Tout dans la dette! Les autres plaisirs, on le budgète! C'est encore plus intéressant d'entretenir mon goût de la dépense. J'apprivoise mes démons aussi. Il le faut.

    C'est vraiment bien Jessica! C'est tellement motivant ce coup de pouce! Bravo!

    Charlotte

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, zou d'un coup sur la dette :-) ça a été déposé directement sur ma marge de crédit, alors je n'ai même pas eu «le choix» ;-)

    Mais j'avais le sourire en fermant mon navigateur internet après avoir constaté le dépôt :-) sentir qu'on sort peu à peu du trou, ça fait du bien!

    RépondreSupprimer
  5. Ce post est vieux, mais je demande quand même... Ta "fameuse" dette... est-ce une carte de crédit ? Parce que tu dis entamer à peine le capital, alors que les taux sont si bas, c'est pas mal inhumain. Ce n'est pas si difficile de transformer le tout en marge de crédit personnelle (si tu as une maison, c'est encore mieux, ta marge peut-être hypothécaire et le taux... à peine 4%). Ça irait plus vite, et tous tes efforts ( qui m'inspirent beaucoup !) seraient récompensés !

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails